L’autre matin, je me demandais si le management pouvait être automatisé.

J’ai fait mien, depuis un moment, l’axiome suivant : « Tout ce qui est automatisable sera automatisé« .

Alors, serait-il possible que demain, nous soyons commandés par des logiciels ou des robots humanoïdes ?

Pour cela, il faudrait que, suivant l’axiome susdit, la mission remplie par nos managers soit mécanisable, c’est à dire que l’on puisse, dans un premier temps, la transformer en une suite de séquences d’actions, et dans un deuxième temps, que celle-ci puisse s’écrire sous une forme algorithmique. Un algorithme qui prendrait des décisions, serait en mesure de résoudre des problèmes et de faire des prédictions sur l’avenir.

Un DRH de ma connaissance avait une formule particulièrement frappante : « Manager, c’est se comporter« .

Un comportement serait-il dupliquable ? Et de quel type de comportement devrions-nous nous inspirer pour nourrir notre algorithme managérial ?

A cette question complexe, une réponse simple peut être apportée.

Dans les 10 prochaines années, la « robolution » permise par les progrès de l’IA (intelligence artificielle) va entraîner le grand remplacement des travailleurs par les machines. Cette révolution technologique s’étendra aux taches « intelligentes » et comportementales.

Elle rendra, ainsi, le management intermédiaire superfétatoire.

En effet, le rôle du manager n’est pas de contrôler la production contrairement a ce que l’on croit souvent mais d’assurer une surveillance des producteurs. Car, ceux-ci peuvent être moins motivés, fatigués, en souffrance, voire en burn out et leur productivité peut fléchir au delà du raisonnable. Peu de risque que cela arrive avec une machine ! Un automate, ça ne dort pas, ça ne mange pas, ça ne boit pas. Ça ne prend pas de congés. Seule une panne ou l’obsolescence peut en venir à bout.

Quant à la version positive du manager dont le rôle serait d’accompagner ses équipes, les aider, les faire grandir, on a du mal à voir comment il pourrait s’exercer face à une armée de robots et de logiciels.

Dès lors, à quoi servira un manager dans une économie entièrement automatisée ? Je ne vois vraiment pas.

En définitive, la réponse à ma question ne peut être que celle ci : il n’est pas que sur que le management soit automatisable mais l’automatisation totale en signera la disparition totale.

De manière certaine.

JC Hériche, le 2 septembre 2016

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonnez-vous à la newsletter

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite, veuillez réessayer.

Job&Coaching | JC Hériche will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.